Binan Koukou Chikyuu Bouei-bu LOVE! – Bromance miraculeuse

Vous savez, il me semble que nous avons affaire, récemment, à une recrudescence d’anime que je qualifierai de bishounen, ou de cute boys doing cute things, centrés sur des personnages masculins calibrés pour le public féminin, avec une présidence féminine réduite (si existante) à l’écran, et pas toujours avec un scénario. Et halte là, ne montez pas sur vos grands chevaux, ne montez même pas sur vos poneys, ce n’est pas en rien une critique, après tout il en faut pour tous les goûts. J’ai pas fait les stats donc libre à vous de me latter dans les commentaires, mais le fait est que durant cette saison d’été, on s’est retrouvés avec deux anime de boys band et un sur un groupe de cheerleaders masculins, et pour la saison d’automne on va avoir Magic Kyun, la S4 d’Uta no☆Prince-sama♪, la S3 d’Ame-iro Cocoa, et d’autres qui vont plus loin du point de vue de l’écriture mais se concentrent quand même sur un cast de beaux garçons, comme Yuri!!! on Ice et d’autres.

Peut-être est-ce là une couille statistique dans la matrice, mais cette concentration inhabituelle est d’autant plus remarquable et intéressante qu’elle correspond chronologiquement assez bien à un évènement qui a fait du bruit dans l’industrie il y a de ça neuf mois. Je parle bien entendu des ventes exceptionnelles d’Osomatsu-san. Pour rappel, c’est la seconde série animée japonaise du millénaire à avoir vendu plus de 100k exemplaires d’un de ses volumes. Autre rappel : Osomatsu-san est une série qui était elle aussi orientée vers un public féminin. Hormis le casting de seiyuu masculins extrêmement populaires permettant de vendre des event tickets par camions, on a pu noter que la série a eu le droit à une adaptation en manga dans un magazine josei. Ainsi, vous l’aurez compris, je vois en cette recrudescence le spectre du succès flamboyant d’Osomatsu-san. Mais si cela a permis aux acteurs du marché de réaliser à nouveau l’importance du marché féminin, il y a autre chose à en dire : c’est l’anime comique le mieux vendu de tous les temps, et de très très loin. Et parmi toutes les autres séries que j’ai cité, aucune ne tente le créneau qui aura réussi à Osomatsu-san : le duo casting masculin et comédie. Heureusement, on a Binan Koukou Chikyuu Bouei-bu LOVE! LOVE! pour faire ça. Ce qui ne l’empêchera pas de se vendre à 5k unités max, hein.

binan_koukou_chikyuu_bouei-bu_love-04

Après cette introduction qui doit être la plus longue et la plus tordue que j’aie jamais fait, voilà enfin notre sujet. Binan Koukou Chikyuu Bouei-bu LOVE!, c’est donc une création originale du studio Diomedea que l’on connait pour des séries comme Akuma no Riddle, Kantai Collection ou encore Mayoiga, bref, que du bon. La série est réalisée par Shinji Takamatsu (le réal de Gintama, Danshi Koukousei no Nichijou et, récemment, Sakamoto desu ga?), et écrite par Michiko Yokote (Princess Tutu, Shirobako).

BKCBL, pour faire court, est une série qui suit la vie de cinq lycéens dans un lycée pour garçons, et leur vie tranquille, faite de visites aux bains publics locaux et de discussions dénuées de sens. Quand un beau jour arrive dans leur vie un wombat rose (ou plutôt, un alien en forme de wombat rose) qui les charge de défendre la Terre d’une mystérieuse menace. Les garçons n’ont rien demandé, mais les voilà avec un bracelet magique au poignet, et la capacité de se transformer en Battle Lovers, des garçons magiques combattant avec le pouvoir de l’amour contre de méchants monstres qui apparaissent çà et là.

binan_koukou_chikyuu_bouei-bu_love-05
Le saviez-vous, les uniformes de mahou shounen sont adhésifs et plutôt résistants.

Mais au-delà du visible gender swap du genre magical girl, Binan Koukou Chikyuu Bouei-bu LOVE! est une bonne comédie et une bonne parodie du genre (et notamment de Sailor Moon). Pour citer un exemple, quand les garçons sont transformés en Battle Lovers, personne ne les reconnaît. L’incohérence qui n’est habituellement jamais abordée est ici souvent mise en avant, et on constate que du point de vue des spectateurs, les Battle Lovers ont des mosaïques sur le visage. Que dire des monstres aux designs audacieux, comme par exemple le monstre hikikomori planqué sous son kotatsu, ou encore le monstre chikuwabu en mode voyou japonais typique ? Il y a plein de petits éléments pour faire rire les habitués du genre, et le final de la première saison part dans le meta de façon fort drolatique.

binan_koukou_chikyuu_bouei-bu_love-06
Haa ? Haaaaaah ?! Comment ça tu sais pas ce que c’est le chikuwabu ?

Et qui plus est, la série bénéficie d’un humour assez particulier, souvent assez absurde et pas trop subtil. Les garçons aiment les conversations sans queue ni tête et les sous-entendus yaoistiques, mais surtout ils sont un peu blasés, du coup quand ils apprennent que Wombat a tué par mégarde leur professeur peu après être arrivé sur Terre (et qu’il se sert de son cadavre comme moyen de locomotion), leur premier réflexe c’est de le faire culpabiliser. Et par la suite l’anime va continuer à faire des blagues sur ça, comme par exemple quand les garçons qui vont se servir de la rigor mortis du corps pour en faire un porte-manteau. Autre exemple de l’humour de la série, à un moment le garçon riche de la bande essaye de gagner les faveurs d’autres élèves : du coup, il va dans les toilettes, se met à l’urinoir à côté d’un autre gars, et sort de son pantalon… son gros chéquier brillant, ce sur quoi ledit gars lui accordera tout son respect. BKCBL, c’est un peu ça, et si ce n’est pas du même niveau qu’un Osomatsu-san, j’ai vraiment trouvé ça très drôle.

binan_koukou_chikyuu_bouei-bu_love-07
Comment se débarrasser du club de journalisme pour aller se transformer ? ON A QU’A LEUR REFILER LE CADAVRE DU PROF, TIENS.

Et si j’en reparle aujourd’hui, c’est parce qu’une seconde saison est sortie cet été, sobrement intitulée Binan Koukou Chikyuu Bouei-bu LOVE! LOVE!, et qui met en scène l’arrivée de nouveaux opposants pour les Battle Lovers : des jumeaux qui sont aussi des idols galactiques, les VEPPers. Si la série conserve son aspect parodique (si la nouvelle transformation de Yumoto ne vous fait pas penser à une de celles d’Usagi, c’est que vous n’avez pas assez vu de Sailor Moon, et que dire de la touche finale des combats), elle repose beaucoup plus sur des vieilles vannes et s’avère bien moins drôle et créative que la première saison. Le prof est mort à nouveau pour le bien de la tradition, mais plus de vannes, désormais il est juste un moyen de locomotion pour Wombat.

binan_koukou_chikyuu_bouei-bu_love_love-01

Les aspects parodiques sont aussi généralement moins bien amenés, et parfois on en vient à se demander si on a affaire à de la parodie mal faite ou simplement à une mauvaise écriture, ce qui est plutôt mauvais signe. Toutefois BKCBLL bénéficie de quelques bons épisodes drôles et, pour ne rien arranger, assez bien animés, qui sont le premier et le sixième pour ne pas les citer. Bref, ce n’est pas une seconde saison dénuée d’intérêt, mais tant qu’à faire je vous conseillerai juste de regarder la première saison, et de vous en tenir là.

C’est tout ce que j’avais à dire sur cette série qui n’est pas non plus dingue dingue mais qui mérite bien plus d’amour qu’elle ne semble en recevoir. Regardez-donc des jolis garçons faire des choses rigolotes, vous vous en porterez au moins aussi bien. Et sur ce je vous retrouve la semaine prochaine pour quelque chose, sans doute, même si je n’ai pas la moindre idée de quoi. Bonne semaine à vous.

 

Une réflexion sur “Binan Koukou Chikyuu Bouei-bu LOVE! – Bromance miraculeuse

Lâchez vos comz

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s