Keijo!!!!!!!! – Fesse Off

Ce week-end, j’avais prévu de vous parler de musique et d’animation pour célébrer avec quelque chose de fun le premier anniversaire de ce blog, qui était en fait le 7 novembre. Quand soudainement, un débat emporté sur un logiciel de messagerie instantanée m’a amené à changer mes plans.

Selon le petit Paul, qui nous envoie un message de la région parisienne, bonjour Paul,  Keijo!!!!!!!! serait « naze et dégradant ». Voilà qui n’est pas très fun. Et autant je ne veux pas me servir de ce blog pour répondre directement aux avis des gens que je connais, autant je me dis que c’est un avis qui doit être pas mal répandu chez les gens qui ont entendu parler de Keijo!!!!!!!! mais ne l’ont ni vu ni lu. Alors même si j’en ai déjà un peu parlé, je vais vous faire un petit billet sur le sujet en espérant nuancer des a priori déplaisants que vous pourriez avec sur ce noble sport.

Mais d’abord, l’habituelle fiche technique. Keijo!!!!!!!! est avant tout un manga de Daichi Sorayomi, publié depuis 2013 dans le Shounen Sunday. La bio du gars Daichi ne présente malheureusement pas grand intérêt, donc passons. Vous vous souvenez peut-être que j’en ai parlé en février dans mon billet de la Saint Valentin, entre d’autres œuvres pas moins mémorables (d’ailleurs Demi-chan wa Kataritai a eu une annonce d’adaptation depuis et j’en suis bien content).

Coup de bol incroyable, quelques jours avant que je ne publie le post (qui était déjà dans les tuyaux), une adaptation en série animée s’est vue annoncée. Produit par le studio Xebec, qui est d’ailleurs un spécialiste de l’animation des chairs voluptueuses de la gent féminine, le projet ne donnait pas forcément envie d’y croire, étant donné que le studio n’est pas forcément réputé pour l’animation de bastons de l’ampleur de celles de Keijo!!!!!!!!. Et en fait, honte sur quiconque n’y croyait pas, Keijo!!!!!!!! s’avère être, du moins pour le moment, une assez grande réussite, niveau fidélité au manga (même si la série fait le choix de sauter le début du manga), niveau animation, niveau ambiance, etc.

Je reviendrai sur la qualité de l’adaptation à l’occasion du bilan, en attendant rappelons le scénario et le concept. Keijo!!!!!!!!, c’est l’histoire de Nozomi Kaminashi, une jeune fille sans le sou, vivant seule avec son frère et sa sœur, qui est très douée en gymnastique acrobatique et sportive. Mais cette jeune fille, ce qu’elle veut faire dans la vie, c’est du keijo. Alors le keijo, qu’est-ce ? C’est un sport féminin (qui est sujet à des paris, ce qui en fait une occupation très lucrative) qui consiste à mettre des filles sur une plateforme sur l’eau, et à les faire s’éjecter l’une l’autre en se servant exclusivement de leur poitrine ou de leurs fesses. C’est grosso-modo le topo.

Et là vous viennent en tête les images d’un certain Dead or Alive Xtreme 2 et de ses batailles de popotins, et l’impression que tout cela ne pisse pas bien loin. Oui, sauf que Keijo!!!!!!!! est aux batailles de popotin de DoAX2 ce que la raclette est à la poutine : une existence qui, bien que semblant reposer sur une base similaire, lui est tant supérieure que l’idée même de les comparer en deviendrait vaine. Il est en effet trop facile de s’imaginer le concept abordé sous l’angle médiocre de l’appât fan-service sans profondeur. Ce que fait (d’un point de vue créatif) Keijo!!!!!!!!, c’est ce que j’appellerais une Ben-Toisation : on prend un concept de base un peu débile, on en fait un shounen de baston, et on creuse cette idée avec toujours plus d’inventivité pour en tirer une substantielle moelle chargée en adrénaline et en absurdité. Le résultat est fraichement débile et franchement cool, et d’ailleurs à quand la saison 2 de Ben-To, mon cerveau connaît la réponse mais mon cœur continue à demander.

keijo-14

Mais je vais un peu vite, parlons d’abord de l’angle sous lequel Keijo!!!!!!!! aborde son sport. Celui-ci est évident : il nous présente la discipline avec une dynamique et une structure de shounen de baston, et même plus précisément de shounen sportif (se basant sur un sport de combat). Les ficelles sont évidentes : des combats hauts en exagération, des techniques grandioses avec des noms incroyables, de l’entraînement, des règles présentant deux-trois subtilités, des tournois avec un écho national, tout y est. Et ça marche bien, Sorayomi sait faire un shounen sportif bien fourni et original, pas sans faiblesses (la phase d’entrainement est un poil long à mon goût) mais c’est de la bonne came.

Maintenant, revenons au sujet et éclaircissons mon point : je ne tente pas de dire que Keijo!!!!!!!! n’est pas un manga à fan-service. Il y en a, c’est un fait, ça ne servirait à rien de le nier. Ce que je tente de dire, c’est que ce n’est clairement pas l’intérêt de Keijo!!!!!!!!. Ce sont ses bastons de qualité, son absurdité sans cesse renouvelée, et ses qualités en tant que shounen sportif. Autant de choses que des lecteurs différents sont susceptibles d’apprécier différemment, c’est clair, mais qui sont indéniablement bien présentes. Et si l’on veut aller plus loin, il est assez facile de dire que Keijo!!!!!!!! effectue une mise en abyme du pseudo-genre « ecchi » (qui regroupe toutes les œuvres contenant une certaine quantité de fan-service). L’intention se présente à la première page du manga : on y voit un public presque exclusivement masculin qui s’excite, tickets PMU à la main, sur un sport que le manga nous présente ainsi :

keijo-06

Un sport comparable à des courses de chevaux, sur lequel des bonshommes pleins de sueur viennent dépenser leur SMIC pour se distraire. Peu valorisant, ce n’est rien de le dire. La comparaison est aussi facile à faire avec les lecteurs de manga ecchi. Quand les personnages sont dans les tribunes (et donc de leur point de vue), le sport semble assez sommaire, la mise en page est peu créative et les combats semblent laisser assez peu de places à la subtilité. Ce sont des nanas qui se poussent en maillot de bain, point à la ligne, sous-entendu que ça n’aurait pas d’intérêt sans des nanas. Nozomi elle-même s’intéresse plus à la réaction du public qu’au combat en cours. L’ami d’enfance de Nozomi en vient ainsi à penser que le keijo n’est que ça, ce qui lui amènera une rapide et cuisante défaite quand il s’y essayera pour essayer de prouver son point de vue. Spoiler : il avait tort.

keijo-09

En effet, dès que Nozomi pose le pied sur la surface de keijo, le manga prend en volume et devient bien plus créatif dans sa mise en scène. Il nous apprend ainsi par le texte et par l’image que le sport a des subtilités à offrir. En le regardant du point de vue de la joueuse, le lecteur prend ainsi conscience de l’intérêt du keijo. Ce qui n’est en apparence qu’un spectacle destiné à un public masculin se révèle ainsi en tant que sport véritable, avec des règles qui demandent des mouvements inhabituels et créatifs pour prendre le dessus. Et si l’on ne perd jamais de vue l’absurdité de lire des combats de fesses chargés aux codes shounen, on comprend ainsi que l’intérêt n’est pas de mater de la gonzelle.

Je pourrais partir bien plus loin et dire que Keijo!!!!!!!! est une sorte de Ashita no Joe moderne puisqu’il a un protagoniste principal venu des classes populaires qui va s’extraire de sa condition par le biais du sport, mais heu bof, je vais avoir besoin de plus d’alcool que ça pour développer cette comparaison.

Pour résumer Keijo!!!!!!!! vulgairement en une phrase : venez pour les fesses, restez pour le fun. En l’occurrence, je pense que le premier épisode de Keijo!!!!!!!! est une très bonne façon de se faire une idée de ce que la série a à offrir, du coup même si vous n’avez pas d’abo Crunchyroll il me semble que vous pouvez le regarder, alors foncez !

C’est tout ce que j’avais à dire pour aujourd’hui. La semaine prochaine soit je me décide à faire ce billet anime et musique, soit je vous parlerai de 3-gatsu no Lion, on verra selon le temps et l’humeur. Sur ce, bonne semaine à vous qui vivez dans un pays de bon goût.

Lâchez vos comz

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s